Paroles de témoins

Déclaration universelle des Droits de l’Homme, du Citoyen et des Libertés

Article 13
Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.
  • Est ce que chaque individu a le droit de choisir où il veut vivre, se poser ?
  • Si tu es bien dans le système, c’est possible, si c’est la galère, c’est pas possible.
  • Pour avoir une adresse, on va au CCAS, il faut au moins trois mois de présence. A Vannes, j’ai obtenu ma domiciliation seulement à partir du moment où j’ai eu un logement.
  • On est obligé de se battre pour faire valoir son droit à rester. On vit au jour le jour, on ne sait pas si on ne va pas crever. L’urgence, c’est d’attendre !
  • Je suis allée au CCAS de Loudéac pour faire une demande de logement social et on m’a dit: “qu’est ce que tu viens faire à Loudéac ?”
Article 23
Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
  • Les droits de l’homme, c’est le droit d’apprendre et d’être formé, afin de pouvoir réaliser ses rêves sans être orienté ou placé d’office, juste pour satisfaire quelques statistiques que ce soit.
  • Quand on casse un peu les liens avec la société classique, petit à petit on perd ses droits. On s’isole, on a du mal à récupérer, on se sent descendre. Alors il peut y avoir des ruptures.
  • Quand on perd son travail, on perd son logement.
  • Le droit au travail ou à l’activité bénévole pour une reconnaissance sociale, c’est très important pour évoluer.
  • Le droit d’être utile ! Je suis arbitre de foot, je m’occupe de la cuisine à l’atelier multi activités.
  • Je suis fière d’être bénévole pour « le refus de la misère ».
Article 25
Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires.
  • Droit à la santé: CMU pour toutes les familles !
  • L’hiver approche et il y a beaucoup de gens et de couples qui risquent de manquer d’un lieu pour dormir, mais aussi pour prendre une douche, faire une machine à laver, rester digne, trouver des vêtements propres. Cà aussi c’est un droit !
  • Le droit à un logement décent, quelque soit sa situation et le passé que l‘on a pu subir.
  • Il faut toujours se justifier: j’ai demandé un logement, on m’a demandé une lettre de motivation… je préfère retourner dans mon fossé.
  • Les travailleurs sociaux ont tendance à tester la volonté de la personne, sans le dire.
  • Deux ans à attendre pour un logement en HLM et après on te demande de continuer d’essayer. Tout est fragile.
  • Si j’étais parent aujourd’hui, je ferai une demande de logement social pour mon fils dès sa naissance !!
  • On ne devrait pas avoir le droit d’expulser une femme seule avec des enfants.
  • Grâce à une assistante sociale, j’ai retrouvé un logement.
  • Un petit chez soi, mieux qu’un grand chez les autres… c’est pas si facile !
  • Les enfants, ça aide à repartir, c’est le moteur.
  • J’ai été accueillie, je me sens revivre.
Ce n’est qu’en créant et en entretenant un véritable partenariat avec celles et ceux vivant dans la grande pauvreté qu’il sera possible de créer un monde inclusif dans lequel toute personne pourra jouir de tous ses droits fondamentaux.
  • C’est le droit de s’exprimer librement et de dire ce qu’il nous plaît ou pas sans être mis à l’écart.
  • Tout le monde n’a pas connaissance de ses droits.
  • Nous avons autant besoin de raisons de vivre, que de quoi vivre.
  • Quand on tourne en rond sans solution, on perd le courage ou on tape sur la table.
  • Pour beaucoup, les droits de l’homme ne sont plus des droits mais une légende urbaine et rurale.
  • Les droits de l’homme sont aussi les droits de la femme. Ensemble, faisons bouger les choses.
  • Le manque d’amour est la plus grande des pauvretés.

 

Publicités